Présentation

Le goûter à l'école  par Directrice le 2014-02-04 - Commentaires

Pas de collation à l’école !

 

La collation matinale dans les écoles serait-elle un facteur de surpoids pour les enfants ? D’après les experts en nutrition, la réponse est oui. La pause traditionnelle de 10 heures s’est transformée en un véritable petit-déjeuner à base de biscuits, céréales et boissons sucrées. De quoi inquiéter les parents…

16 % des enfants souffrent d’obésité en France. Face à ce fléau, un nouveau responsable est pointé du doigt par les autorités publiques : la collation distribuée dans les écoles. Une pratique à mieux contrôler ?

Une pause à la dérive…

Les experts de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) ont tranché : la collation proposée aux enfants dès la maternelle apparaît “non justifiée et ne constituant pas une réponse adaptée à l’absence de petit déjeuner”*. L’encas du matin est même “à l’origine d’un excès calorique qui ne peut que favoriser l’augmentation de la prévalence de l’obésité”. Pourtant, la collation de 10 heures ne devait être à l’origine qu’une simple “pause lait”. Proposée par Mendès France dans les années cinquante, elle visait à lutter contre les carences en calcium chez les plus jeunes. Aujourd’hui, cette collation est moins justifiée car la déficience en calcium n’existe pratiquement plus chez les enfants de 4 à 12 ans. De plus, la pause s’est transformée en un véritable petit déjeuner ; le lait s’accompagnant généralement de produits à haute densité énergétique comme des biscuits, des gâteaux ou des barres chocolatées, trop riches en glucides simples et en lipides. Ainsi, la “pause goûter” matinale entraîne une augmentation de l’apport calorique journalier d’environ 4 % !

A chacun sa collation !

Autre constat : les études montrent que seulement 7 % des enfants de 3 à 5 ans arrivent à jeun en classe. Pour tous les autres, cette pause entraîne une multiplication inutile du nombre de prises alimentaires qui encourage le grignotage. L’Afssa a donc estimé que la prise alimentaire de 10 heures dans le cadre scolaire n’était pas fondée “de par sa composition, son horaire, son caractère systématique et indifférencié”. Cette collation devrait être distribuée à l’arrivée en classe, entre 8h30 et 9h. Ce qui donnerait la possibilité à ceux qui n’ont rien mangé de tenir jusqu’au déjeuner,et à ceux qui ont déjà pris un petit-déjeuner de ne pas se surcharger. Dans l’idéal, il faudrait vérifier par exemple, l’absence de petit déjeuner le matin ou l’indice de masse corporelle des enfants, comme le propose l’Afssa. Mais ces règles semblent difficilement applicables en pratique.

Un petit déjeuner équilibré avant tout !

L’important est d’inculquer de bonnes habitudes alimentaires aux enfants, et ce dès le plus jeune âge. Cette éducation passe avant tout par le cadre familial et peut être couplée à des activités d’éducation nutritionnelle à l’école. En fait, la solution repose sur la prise d’un vrai petit-déjeuner équilibré à la maison. Pour attaquer la journée en pleine forme, trois produits sont indispensables : un laitage, un produit céréalier, un fruit (ou jus de fruit), sans oublier une boisson. La lutte contre l’obésité infantile est devenue indispensable. Un premier effort avait été initié dans les écoles en modifiant l’offre des produits des distributeurs automatiques : des fruits et de l’eau avaient remplacé les barres chocolatées et les sodas. Reste à revoir le contenu de la collation… et aux parents d’être attentifs aux pratiques propres à chaque établissement !

Caroline Bourganel

+ Afficher / masquer la suite de cette publication ...

Devoirs à la maison  par Directrice le 2014-02-04 - Commentaires

Des billes pour mieux aider son enfant à faire  ses devoirs à la maison

Par les enseignants de l’école primaire de Lédignan. Merci à l’école élémentaire de Robespierre à Fontaine (38600) et de  l’Abbaye à Passy (74

1  Le lieu

Vérifier que l’enfant est toujours correctement installé dans un lieu habituel, agréable pour lui.

2 L’heure

Trouver une heure qui convient à l’enfant et à la vie de famille. Installer une habitude de travail : cherche à ce que l’enfant arrive à se mettre au travail de lui-même.

3 Le bruit

- Veiller à ce que la télévision soit éteinte. Le bruit peut être un obstacle à la concentration…

- Veiller à ce que ses frères et soeurs, s’il en a, ne le dérangent pas.

4 Le rôle de la personne accompagnante

Une personne doit vérifier le bon déroulement du travail à la maison. Cette personne peut être dans la même pièce mais pas obligatoirement

- S’assurer de la compréhension du travail avec l’enfant.

- Laisser l’enfant travailler seul.

- Intervenir et l’aider à sa demande.

- Vérifier le travail fait.

Le but étant de rendre l’enfant le plus autonome possible dans son travail personnel.

5 Le matériel

- S’assurer que le matériel nécessaire est disponible.

- Apprendre à bien préparer son cartable.

- Connaître les personnes qui peuvent « dépanner » (copains, voisins, école…).

6 Le temps passé

- Ne pas dépasser un temps de 20 minutes pour le cycle 2 (CP et CE1) ou de 30 minutes pour le cycle 3 (CE2, CM1 et CM2).

- Accepter que le travail ne soit pas terminé si c’est trop long ou difficile.

- En cas de difficulté ou de blocage, n’hésitez surtout pas à venir en parler avec l’enseignant.

7 L’ambiance

Rester calme et disponible. Il vaut mieux signaler les difficultés rencontrées plutôt que « forcer » l’élève et finir par se fâcher ou donner à l’enfant l’impression d’un échec.

8 La vérification

Pour vérifier son travail l’enfant peut simplement en parler, montrer, réciter ou essayer de l’expliquer avec ses mots.

9 La relecture des consignes

L’enfant n’a pas compris ce qu’il doit faire ?

Il suffit souvent de simplement lui dire de relire la consigne à voix haute et de la redire avec ses propres mots.

Il est aussi possible à la personne qui aide de redire la consigne avec des mots simples.

10 Mais surtout…

Chacun à sa façon peut aider son enfant et chaque enfant peut progresser et réussir.

L’intérêt que vous porterez au travail de votre enfant se reflétera dans l’intérêt qu’il portera lui-même à sa scolarité.

back up ↑